Consigne de vote au premier tour de la présidentielle 2017 : la position officielle de l’Union des Patriotes Français Juifs

A trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, s’est ouvert aujourd’hui devant la Cour d’Assise spéciale de Paris le procès de vingt-deux prévenus appartenant à la filière terroriste Cannes – Torcy, suspectés d’avoir commis un attentat à la grenade contre une épicerie casher à Sarcelles en 2012.

Cet attentat et les suivants sont la conséquence directe des politiques menées par les gouvernements de gauche comme de droite depuis trente ans.

Si le terrorisme islamiste touchait traditionnellement prioritairement les Français Juifs, l’avènement de l’Etat Islamique a changé la donne. Aujourd’hui, tous les Français, y compris nos compatriotes musulmans modérés (Ahmed Merabet, Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Mohamed Legouad..) sont devenus des cibles.

A l’insécurité et au terrorisme s’ajoute une situation sociale cataclysmique qui plonge la France dans l’abîme.

Nicolas Sarkozy a été élu en 2007 sur le projet politique du Front National et c’est uniquement parce qu’il a trahi ses électeurs en menant la politique social-démocrate imposée par l’Allemagne de madame Merkel qu’il a été battu cinq ans plus tard.

Lors du second tour en 2012, les électeurs n’ont pas voté pour François Hollande mais contre Nicolas Sarkozy. Monsieur Sarkozy est donc le seul responsable de l’élection de François Hollande à l’Elysée avec évidemment le petit coup de pouce de l’immortel François Bayrou, néo-macroniste après avoir été giscardien, hollandiste et juppéiste..

Les choix politiques hasardeux opérés par les Français depuis des décennies ont une conséquence directe sur nos vies actuelles et celles de nos proches au quotidien.

En élisant Donald Trump à la Maison Blanche ou encore en votant en faveur du Brexit, nos amis anglo-saxons nous ont montré le chemin à suivre.

L’Union européenne encourage l’immigration massive légale et illégale sur le vieux continent et notamment en France, pays à très haute attractivité.

De son côté, la Cour Européenne des Droits de l’Homme retire aux Etats membres tous les moyens juridiques pour lutter contre l’immigration illégale, l’insécurité et le terrorisme.

Enfin, la Banque Centrale Européenne s’assure de ruiner les Etats-nations au profit des banques.

Cette Union européenne est clairement pro-palestinienne et de nombreux députés soutiennent ouvertement des politiques antisémites comme le BDS pourtant jugé illégal par la justice française. Madame Catherine Ashton en était la digne représentante.

Dans l’hexagone, l’islamo-gauchisme est devenu la branche politique du Hamas. L’émergence d’un Islam politique en lien avec une certaine gauche et l’extrême-gauche veut arriver au pouvoir par les urnes comme le Hamas à Gaza, Ennahda en Tunisie ou encore Mohamed Morsi en Egypte.

La haine du Juif exacerbée par des théories complotistes dignes du troisième Reich gangrène la société française.

L’Union des Patriotes Français Juifs ne joue pas sur les peurs contrairement aux affirmations de nos détracteurs. Notre association se contente d’analyser les menaces pour mieux y répondre politiquement.

L’angélisme consistant à penser que tout va bien dans le meilleur des mondes a coûté la vie à de nombreux Français.

L’UPFJ pense qu’il est temps pour le peuple de France de se réveiller et de résister à cet axe du mal qui veut détruire notre Nation et ses valeurs universelles.

Fort de ce constat, après avoir analysé les programmes des différents candidats à l’élection présidentielle, conformément à notre objet statutaire à savoir rechercher des pistes alternatives pour un renouveau politique en France, l’Union des Patriotes Français Juifs considère que :

  • Marine Le Pen a fait le bon diagnostic sur la situation de la France que ce soit sur le volet sécuritaire, économique, social ou culturel.
  • Sous la cinquième République, les Français ont « tout essayé » sur le plan politique ; la gauche, la droite et le centre sans que cela n’enraye le déclin de notre Nation.
  • Le projet politique porté par Marine Le Pen à cette élection présidentielle est le plus crédible pour faire face aux nouvelles menaces contemporaines et notamment le terrorisme, l’insécurité, le chômage, la destruction de notre système de protection sociale et la pauvreté.
  • La situation cataclysmique actuelle ne permet plus les tergiversations ou les doutes. Depuis quarante ans, l’Establishment a démontré son incapacité à défendre les intérêts de la France et des Français. Il est urgent de choisir une véritable alternance et non la continuité du hollandisme avec monsieur Macron.
  • Marine Le Pen est la meilleure candidate pour protéger les Français et notamment les Français Juifs contre le terrorisme, l’insécurité et la montée constante de l’antisémitisme.
  • Le projet laïcité porté par Marine Le Pen n’est pas la négation du Judaïsme ou une entrave à son libre exercice. Au contraire, c’est la garantie pour la France de conserver sur son sol ses enfants Français Juifs qui participent à la vie de la Nation, au rayonnement et à la grandeur de notre pays à travers le monde.

En conséquence, l’Union des Patriotes Français Juifs appelle sans réserve l’ensemble de nos compatriotes à se déplacer massivement dans les bureaux de vote dimanche et à glisser un bulletin Marine Le Pen dans les urnes.

L’UPFJ appelle l’ensemble du corps électoral à ne pas voir peur. Marine Le Pen ne représente aucun danger ni pour les Français Juifs ni pour quiconque d’ailleurs. Seuls les terroristes et la racaille doivent trembler à l’idée de l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen, l’unique candidate capable de faire le ménage en ces temps critiques.

L’UPFJ estime que Marine est le meilleur rempart pour les Français Juifs. Elle est l’unique option politique pour éviter que la France ne devienne Judenrein, littéralement sans juif.

Michel Thooris, président de l’Union des Patriotes Français Juifs ainsi que le bureau et le conseil d’administration de l’UPFJ.

La polémique artificielle orchestrée contre Marine Le Pen est une insulte à la mémoire des Justes et des Résistants

rafle-vel-dhiv

L’Union des Patriotes Français Juifs se dit consternée par le déchaînement médiatique orchestré contre Marine Le Pen.

Lors du 70e anniversaire de la commémoration de la rafle 
du Vél’ d’Hiv en Juillet 2012, le président François Hollande a rendu hommage aux Justes de cette période, « ces héros anonymes qui, ici, cachèrent un voisin, tous ces Français qui ont permis que survivent les trois quarts des juifs de France ».

Même son de cloche du côté de Serge Klarsfeld ayant indiqué que « si 11.000 enfants juifs 
avaient été déportés, 
60.000 enfants furent sauvés par la population française ».

Pour Jacques Chirac, le 16 juillet 1942 « la France accomplissait l’irréparable ». Vision bien différente de celle de François Mitterrand pour qui, seul l’Etat français était responsable de la rafle du Vel’ d’Hiv.

En réalité, Marine Le Pen est à la fois sur la vision gaullienne qui estime que Vichy n’était pas la France mais également sur la ligne mitterrandienne qui considère que seul l’Etat est responsable de la rafle du Vel’ d’hiv et non la France.

Sauf que contrairement à François Mitterrand qui a fait fleurir la tombe du maréchal Pétain d’une gerbe présidentielle en novembre 1992, Marine Le Pen, elle, n’a jamais rendu hommage aux collabos vichystes et a toujours condamné l’occupation.

Le Crif, l’Union des Etudiants Juifs de France et tant d’autres associations de gauche exigent la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la rafle du Vel’ d’hiv mais demandent-elles la reconnaissance de la responsabilité du parti socialiste dans le recyclage après la Libération de vichystes ayant collaboré avec les Nazis durant l’occupation ?

Que les socialistes commencent par s’excuser d’avoir fleuri la tombe de Pétain avant de donner des leçons aux autres.

Et que dire à droite sur la grâce de Paul Touvier par Georges Pompidou ? Que penser du recyclage de Maurice Papon ou encore de Maurice Couve de Murville ?

Le débat sur les responsabilités dans la rafle du Vel’ d’hiv ne se refermera probablement jamais. Mais réduire la France aux Français ayant collaboré c’est oublier tous les autres qui ont risqué leur vie pour sauver celles de leurs compatriotes juifs.

L’UPFJ regrette qu’une fois de plus la solution finale soit d’une certaine manière instrumentalisée à des fins de politique politicienne pour tenter de détruire une candidate à la présidence de la République qui, comme l’a rappelé monsieur Roger Cukierman lui-même, a toujours été personnellement irréprochable.

Michel Thooris, président de l’UPFJ

Réaction de l’UPFJ aux déclarations de Marine Le Pen concernant l’irresponsabilité de la France dans la rafle du Vel’ d’Hiv

bousquet mitterrand

Marine Le Pen a raison n’en déplaise à tous les professionnels de la repentance perpétuelle.

La France n’est pas responsable de la rafle du Vélodrome d’hiver pour la simple est bonne raison que le Régime de Vichy n’a jamais été la France.

Sous l’occupation, la France c’est la résistance et certainement pas Philippe Pétain ou Pierre Laval.

Ceux qui se sont prostitués avec l’occupant nazi à l’instar de René Bousquet, l’un des cerveaux de la rafle du Vél’ d’hiv, ne sont pas et ne seront jamais la France.

Ces individus ont d’ores et déjà rejoint la poubelle de l’Histoire.

Ceux qui aujourd’hui s’indignent de la déclaration pleine de bon sens et historiquement juste de Marine Le Pen, feraient mieux de balayer devant leur porte.

La complaisance dont a fait preuve François Mitterrand l’égard de son ami intime René Bousquet, décoré de l’ordre de la Francisque et grand organisateur de la rafle du Vel’ d’Hiv, devrait inciter certaines associations gauchisantes à un peu plus de retenue.

Plusieurs ordures ayant collaboré avec Hitler sous l’occupation et ayant participé à ce simulacre de gouvernement de Vichy ont été recyclées après la Libération par la gauche mitterrandienne malgré leurs agissements et leur attitude durant la seconde guerre mondiale sans que cela dérange beaucoup de monde.

Que pensent la très socialiste Union des Etudiants Juifs de France et consorts de Jacques Saunier, Yves Cazeaux ou encore Pierre Saury, tous recyclés par la gauche ?

La gauche aurait pourtant pu à l’époque choisir les réseaux de Jean Moulin plutôt que ceux de René Bousquet, n’est-ce pas ?

Non, la France du bon beurre n’est pas la France (référence au film d’Edouard Molinaro). Notre nation n’a pas à s’excuser du comportement de certains de nos compatriotes ayant agi pour leur propre compte au nom de la France. La France et les Français ne sont pas responsables des actions menées par les collabos de Vichy.

Rejeter la responsabilité de la France en tant que nation dans la rafle du Vel’ d’Hiv n’est en aucun cas du négationnisme. Marine ne nie pas la réalité de ce fait historique pas plus qu’elle ne nie les conséquences cataclysmiques pour les Juifs déportés en 1942.

En revanche, imputer à la France et à son peuple la responsabilité de la déportation des Juifs vers les camps de la mort serait tout simplement historiquement faux même si personne ne peut nier que des Français ont participé à la mise en œuvre de la solution finale.

Michel Thooris, président de l’UPFJ.

Le président Donald Trump frappe militairement le régime de Bachar el-Assad

attaque chimique syrie

Combattre et détruire Daesh est une priorité absolue. La guerre contre l’EI doit être totale. Mais cette guerre doit être menée conformément à nos valeurs occidentales.

Il n’est pas possible de frapper aveuglément les populations civiles et massacrer ainsi des enfants à coup d’armes chimiques au nom de la lutte contre Daesh.

L’attaque perpétrée par le régime du président Assad contre son peuple n’est pas une bavure mais bien une action militaire préparée et exécutée en toute connaissance de cause.

Alors que la France n’ose même pas placer en détention les terroristes français de retour de Syrie ou d’Irak sous pression de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, le régime syrien, quant à lui, extermine en toute impunité à l’arme chimique l’ensemble des populations vivant dans les zones rebelles.

Peut-être existe-t-il un juste milieu entre ces deux positions extrêmes ?

En frappant militairement le régime Syrien, le Président Trump a envoyé un message fort au régime d’Assad et à ses alliés en leur indiquant que tous les coups ne sont pas permis dans une guerre.

Durant toute la campagne américaine, la presse gauchiste a tenté de présenter Donald Trump comme étant la marionnette de Vladimir Poutine.

La décision courageuse du Président américain de réagir militairement suite au crime de guerre perpétré par le régime syrien démontre combien le système a menti et manipulé l’opinion publique concernant Donald Trump.

frappes syrie

Même si la Russie de Vladimir Poutine doit rester un partenaire et un allié, ce n’est pas pour autant qu’il faut tout accepter et tout cautionner de la part de nos amis.

Quel est l’intérêt de la France et de l’humanité dans le conflit syrien ? C’est évidemment la destruction de Daesh mais également la protection des populations civiles syriennes qui ne combattent pas aux côtés de Daesh.

86 personnes ont été gazées dont des femmes et de nombreux enfants. Il ne s’agit pas là d’une simple bavure regrettable mais excusable. Non, cette attaque a été délibérée.

Quels que soient nos sensibilités en matière de politique étrangère, personne ne peut accepter de telles atrocités.

Même si notre main doit être ferme et ne pas trembler, on ne peut pas et on ne doit pas s’aligner sur le niveau de barbarie de l’EI pour combattre cette organisation.

Car entre des décapitations ou des massacres d’enfants à l’arme chimique, il n’y pas plus d’un côté le bien et de l’autre, le mal.

UPFJ. Tous droits réservés.

Pourquoi ces cinq Juifs européens font la promotion des partis d’extrême droite

thetimesofisrael

JTA — Ils parlent des langues différentes et ils vivent dans différents pays. Certains d’entre eux sont strictement pratiquants et d’autres laissent de côté le cachère. Certains sont sépharades, d’autres ashkénazes.

Aussi diverses que les communautés juives auxquelles ils appartiennent, les Juifs qui font la promotion des partis nationalistes qui connaissent actuellement un regain croissant de popularité sont néanmoins réunis dans leur peur de l’islam radical, dans leur soutien à Israël et dans leur volonté à soutenir des politiciens honnis et considérés comme racistes par la majorité.

Dans un contexte d’avancée historique des partis désireux de quitter l’Union européenne et en amont d’un vote présidentiel décisif en France, JTA s’est entretenu avec quatre Juifs éminents dont les partis sont largement considérés comme appartenant à l’extrême-droite en France, au Royaume-Uni, en Autriche et en Suède. Un candidat juif néerlandais a pour sa part décliné notre demande d’interview.

politiques juifs

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir de la gauche : Shneur Odze, à gauche et le membre du Parlement de l’UKIP Jonathan Arnot (Autorisation), David Lasar (Autorisation du Parti de la Liberté) ; Gidi Markuszower (Crédit : Robin van Lonkhuijsen), Kent Ekeroth (Autorisation des démocrates de Suède ), Michel Thooris (Autorisation du Front National), toutes les photos via JTA.

FRANCE

Michel Thooris, 36 ans
Profession: Agent de police
Implication politique : Membre du bureau central du parti du Front National

Quelques mois après le meurtre d’Ilan Halimi en 2006, Michel Thooris a rejoint le parti dont la dirigeante actuelle, Marine Le Pen, est en tête des sondages alors que le scrutin présidentiel approche à grands pas.

Pour Thooris, le meurtre d’Ilan Halimi, vendeur en téléphonie qui avait été enlevé contre une rançon parce que Juif, a lancé le coup d’envoi d’une vague « d’attaques islamistes qui forment la menace numéro un pour les Juifs en France », a-t-il expliqué. Thooris ajoute qu’il a été indigné par l’incapacité des principaux médias à noter les affiliations islamistes des membres du gang, qui ont assassiné Halimi après l’avoir torturé pendant des semaines.

Dans un contexte d’explosion des violences antisémites depuis l’an 2000 et suite à des journées d’émeutes dans les banlieues à forte majorité musulmane aux environs de Paris et au-delà en 2005, Thooris a été attiré par la promesse faite par le Front National de « mettre un terme à l’anarchie et au fondamentalisme islamiste », comme il le décrit.

Il est aujourd’hui à la tête de l’Association des Patriotes français Juifs, un petit groupe de Juifs français partisans du Front National.

« Trahir les Juifs français, ce n’est pas voter Front National mais c’est continuer à voter pour des candidats dont l’inaction menace la survie même de la communauté », explique Thooris, Juif sépharade qui ne se rend à la synagogue qu’à l’occasion de certaines fêtes et qui ne respecte pas la casheroute.

« Après l’élection de Donald Trump, après le vote au Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, de plus en plus de Juifs français se disent : Pourquoi pas nous ? », déclare Thooris.

Le Front National s’oppose à toute concession faite aux sensibilités religieuses ou aux besoins des Musulmans. Son fondateur, Jean-Marie Le Pen, condamné à plusieurs reprises pour révisionnisme et incitations antisémites, a été expulsé du parti par sa fille Marine, qui lui a succédé à la présidence du mouvement en 2011.

« Ses déclarations sont déplorables et inacceptables », estime Thooris.

Thooris a été recruté au Front National par Louis Aliot, conjoint de Marine Le Pen. Aliot, qui a lui-même des racines juives, voulait élargir son électorat tout en faisant prendre au parti ses distances avec les provocations de son fondateur.

Dans un pays où les Juifs « risquent de se faire tirer dessus dans les supermarchés cacher ou dans leurs écoles, Marine est la meilleure candidate pour nous protéger », ajoute Thooris, dont les manières douces et l’attention portée à la nuance diffèrent grandement du style plus qu’abrupt de la candidate à la présidentielle.

Mais cette protection pourrait avoir un prix à payer pour certains Juifs, reconnaît Thooris.

« Nous n’idolâtrons pas Marine, pas plus que nous ne souscrivons à tous les éléments soumis par sa plate-forme », dit-il.

L’un des points de discorde est la neutralité adoptée par le Front National sur Jérusalem. Un autre est l’appel de Marine Le Pen à cesser de porter la kippa en public – un dégât collatéral de l’interdiction programmée de tous les symboles religieux en public qui, concède-t-elle, a pour objectif de limiter les expressions de la foi musulmane.

« En réalité, les Juifs n’ont déjà plus le droit de porter la kippa en public dans de nombreux endroits par crainte des agressions », dit Thooris. Même si une interdiction devait se matérialiser, « les Juifs peuvent toujours porter un chapeau », ajoute-t-il.

Selon un sondage réalisé en 2014, 13,5 % des personnes interrogées de confession juive indiquaient qu’ils pourraient voter pour Marine le Pen. Le soutien pour son père parmi les Juifs était quasiment inexistant.

« Soutenir le Front National n’est plus un tabou parmi les Juifs français », dit Thooris.

http://fr.timesofisrael.com/pourquoi-ces-5-juifs-europeens-font-la-promotion-des-partis-dextreme-droite/